LGM : day1

    Après un voyage qui a finalement pris près de 24 heures pour 7h30 d’avion, nous sommes heureux d’arriver sur place. La première place qu’on visite est le restaurant et tout le monde est là, il y a des choses plus importantes que le code non ? :) Quelques conférences ont déjà eu lieue.
    Stani, le développeur de Phatch, a ensuite montré comment il a produit une piece de monnaie pour répondre à un concours hollandais. J’ai trouvé très intéressant de voir un programmeur faire cette démonstration : la méthode est très différente, très rationnelle, basée sur des catégorisations et des analyses plus que sur une recherche visuelle même si celle-ci est évidemment prise en compte. Cela me conforte dans l’idée que les artistes devraient reprendre possession de leurs outils, comme les anciens le faisaient en fabricant leurs toiles, pinceaux et peintures. Coder permet d’obtenir des résultats vraiment originaux et personnaliser. Il me rest eà m’y mettre vraiment :)
    La conférence de Jon Cruz qui a suivi a remplacé la conférence prévue sur Inkscape et qui n’a pas pu être maintenue, la personne ayant eu un empêchement. Il a montré comment la gestion des couleurs était implémentée dans les logiciels libres pour éviter les approximations d’utilisation existant dans le flux propriétaire (malgré une bonne implémentation d’ailleurs).
    Scribus a eu son temps : d’abord pour montrer le développement du manuel de version 1.3.3.x qui a été imprimé et surtout evoqué les problèmes rencontrés dont le plus important et le refus d’un imprimeur de le prendre en charge à cause d’un fichier PDF jugé trop lourd. Le problème n’a pas été évacué et fixé dans la mesure du possible et le manuel fut imprimer à Mardigrafe, chez Louis, et est maintenant disponible, uen fois encore réservez le !
    Andreas a ensuite pris la main sur des sujets plus techniques sur l’avenir des Scribus. Deux points principaux ont été évoqués :
    * une nouvelle gestion du texte qui ne sera plus basé sur le caractère (utilisé actuellement et conduit à une surcharge du logiciel) mais sur un système de flux de texte prenant parti du nouveau système de style. Avec ceci Scribus devrait enfin gagné de façon phénomènal en rapidité et en productivité. Mais certains expert XML comme Chris Liley ont été moins optimiste sur l’actuel projet d’implémentation. LGM produit ses fruits : échange des compétences.
    * une nouvelle prise en charge des langues et la gestion de workflow multi-media sur des projets de communication complexe. Le sujet avait été évoqué il y a deux ans par Raphael du Tigre et on en voit enfin les possibilités. Votre texte devrait pouvoir être mis dans uen base de donnée et la mise en page se mettre à jour si le texte change. La même base peut-donc être utilisée pour un imprimé et un site web.
    Enfin, les geeks moyens comme moi se les développeurs isolés se sont rejoint dans “au coin grec”, qu’on a jugé comme une bonne adresse, pas chère et généreuse.

    Ce contenu a été publié dans Non classé par cedric. Mettez-le en favori avec son permalien.

    A propos cedric

    Cedric is working with free software everyday as a graphic designer or as a Gimp, Inkscape, Scribus and blender teacher in Universities and enterprises. He wrote several books on FLOSS and is involved mainly in Inkscape.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    *