Une clarification de la contribution

    Plusieurs des projets libres que je côtoies au quotidien manque de façon flagrante de contributeur pour réaliser la complexité des projets exprimes. Pour certains ce sont des raisons liées a des choix techniques comme gimp, pour d’ autres c’est lie a des impératifs de connaissance du secteur d’activité comme scribus.
    les développeurs de ces projets suffoquent sous le poids des fonctionnalités existantes a maintenir, des nouvelles fonctionnalités qu’ils ont envie eux-mêmes a juste titre d’introduire ou des demandes des utilisateurs. Ce poids se trouve visible dans l’allongement des periodes de release ou dansla publication de release non significatives. Dans les deux, les projets sont décrédibilises soit par impression d’abandon soit par impression que le travail accompli est finallement insignifiant et que la release n’est qu’un trompe l’oeil publicitaire destine a noyer l’utilisateur non averti.
    J’incite les développeurs a ne pas oublier la charge éthique et de respect mutuel qui est a la base de tout intérêt contributif, quelque soit son niveau. J’incite les développeurs a reconsiderer constamment leur approche en fonction des remarques des utilisateurs, et a considérer que l’utilisateur qui a passe des heures a faire un bug report, dont l’idee peut constituer en soi même une révolution individuelle, a considérer le bug non pas comme une demande technique excitante, mais comme celle d’une personne qui a des besoins. Affirmer que l’utilisateur doive d’habitude a la logique du logiciel n’est pas opposable en soi mais reste contraire a l’idée que le logiciel n’est qu’un outil, du moins si on le prend comme excuse pour ne pas tenir compte des demandes.
    Il me semblerait profitable d’intégrer dans les bugs trackers un système de règles de publications déterminants que dans une période donnée le rapport de certains types de bugs ne sera pas considère ou sera systématiquement rejeté pour raisons de priorités qui échappent parfois au rapporteur. Le rapporteur s’evite des heures de test et le developpeur s’evite la charge de considération de demandes inutiles a un moment t. La clarification des relations me semble particulièrement importante pour les logiciels a tension critique dans lequel le poids de résultat peu d’évaluer en milliers d’euros , comme scribus.
    Finalement, suivre ou etre proche ne signifie pas être dans. Tout utilisateur peut être considère comme une sorte d’outsider qui se retrouve sous le force de pouvoir de ceux de l’intérieur. Du point de vue de la défense des libertés cela ne peut se justifier que par une confiance aveugle dans les effets a long terme. Cette croyance est-elle une forme de liberté ? Il appartient aux philosophes de nous expliciter cette voie. Elle est d’autant plus urgente que les développeurs eux-mêmes pourraient développer par responsabilisation liée a l’intoduction d’un projet.
    Depuis des annees j’ai la chance de suivre les formidables équipes d’inkscape ou de scribus et d’avoir des relations positives avec certains développeurs de gimp ou autres. Mais le succès de ces projets peut changer la donne et je commence finallement par entrevoir une limite : l’utilisateur d’un logiciel dans un monde de nom programmeur conduit a un desequilibre entre demandes des utilisateurs et offre des developpeurs simplement parce que l’écart est consume. Il me semble que dans ces projets il est impératifs de clarifier la relation d’utilisation et de contribution de manière a protéger l’avenir des projets eux mêmes ainsi que le plaisir de chacun d’y prendre part. Et le rythme des release ne change rien a cela, a moins que le logiciel ne se place dans une logiquevde competition qui rappelle d’autres pratiques pour lesquelles j’ai peu d’amitié. Le logiciel libre reste sur un fil limite entre l’exploitation des contributeurs et l’exploitation des utilisateurs, charge a ses personnes d’assurer la coordination de leur interet commun.

    Ce contenu a été publié dans Non classé par cedric. Mettez-le en favori avec son permalien.

    A propos cedric

    Cedric is working with free software everyday as a graphic designer or as a Gimp, Inkscape, Scribus and blender teacher in Universities and enterprises. He wrote several books on FLOSS and is involved mainly in Inkscape.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    *