Sarkozy : Un président Pirate

  • Anglais

Hier jeudi 8 oct, je monte dans l’avion qui me ramène de Marseille à Rennes suite à une formation Scribus (dans laquelle je me suis évertué à valoriser le travail des auteurs, photographes, illustrateurs et le respect qu’ils imposent au maquettiste). L’hôtesse qui fait bien son boulot me propose un journal : la personne qui est devant moi a pris un Figaro, je prend donc un Libé.

Les réponses à la requête sont surprenantes

Les réponses à la requête sont surprenantes

Je tourne les pages et je tombe sur cette colonne effrayante :”L’Elysée pirate”. L’affaire est révélée par le canard enchaînée : le service communication de N. Sarkozy aurait fait 400 copies pirates d’un documentaire sur le président, qu’ils auraient distribués gracieusement à des ambassadeurs (il faut déjà vouloir le prendre). Sur la jaquette aucune mention des auteurs, mais le logo des services de communication. Les faits sont difficiles à nier. Ils se défendent en affirmant ne pas tirer profit des copies, c’est tout.
Pour un président qui a fait passer des lois hyper restrictives sur la circulation des copies illégales c’est pas mal, non ? Surtout que le service communication semble ignorait la loi, puisque la copie est interdite mais si aucun usage commercial n’est fait et que quoi qu’il arrive la redistribution est passible d’une amende salée et d’emprisonnement. Il est vrai qu’en France, le président est sujet à une immunité judiciaire, cela facilite les choses.
Plus étonnant encore, une simple recherche sur Google montre que l’info n’est disponible que sur des sites orientés informatiques : pas de prise de conscience dans la presse traditionnelle, ni chez les détracteurs, et rien de spécifiques chez les sociétés d’auteurs qui sont sensés protéger leurs droits. Il faut attendre le bas de la 2° page pour voire le site de Jean-Marc Morandinin, le premier non informaticien. Faible taux d’intérêt pour la question.
Que faut-il comprendre ? Maintenant que la guéguerre législative est passée, plus personne ne s’intéresse aux auteurs ? Seuls les informaticiens auraient acquis une pleine conscience des enjeux après avoir été montrés du doigt, surtout dans le logiciel libre. Il y a peut-être une affaire dans l’affaire.

4 réflexions au sujet de « Sarkozy : Un président Pirate »

  1. Good quality is rarely an accident; it is almost always the end result of huge intention, sincere hard work, clever direction and skilled execution; it shows the wise collection of many alternatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*