Le jour de l’exam

  • Anglais

Depuis 10 ans que j’enseigne, j’ai l’impression comme beaucoup que le niveau baisse. Je me suis longtemps dit que c’est dû au fait que j’ai plus d’aisance et que je vieillissais (et je vieillis toujours alors qu’est-ce que ça donnera?). Certes, mais mon âge grandissant et l’augmentation, je l’espère, de mes compétences, n’enlève rien aux autres, c’est bien l’un des avantage des biens immatériels.

Et puis je dois enfin me résoudre. On dit toujours que les jeunes sont formidables avec ces nouvelles technologies avec lesquels ils sont si à l’aise… Un petit exemple pris ce jour d’examen de deuxième année universitaire sciences de l’éducation, toute documentation autorisée, en salle avec correction dans la foulée (j’écris donc à chaud, très à chaud pour ne rien enlever à mon indignation) : sujet de l’examen du C2i, “Réaliser la présentation de ses travaux en présentiel et en ligne” faisant suite à des cours sur les présentations qu’ils ont du avoir en première année et des cours de communication graphique que j’ai dispensé en atelier (c’est-à-dire le niveau au-dessus du premier, qui induit que la base est déjà acquise), je l’assume. On pourra toujours trouver des discours qui vont dans ce sens, on connait tous quelqu’un qui n’a jamais touché un ordinateur. Ici le problème est différent : il s’agit bien à la fois du fait qu’il est question de personnes qui auraient dû faire l’effort d’apprendre à communiquer AVEC l’ordinateur et en même temps la concentration exceptionnelle (même dans mon expérience) des questions qui me laisse un soupçon d’amertume mon rôle dans cette histoire. Une sélection des discours de doigts levés pendant l’exam , car les doigts (en orange) parlent :

Powerpoint plante

– ça veut dire quoi ça !
– Tu as enregistré ?
– Non
– Aïe!
– Mais c’est pas normal!
– Oui ce n’est pas normal de ne pas enregistrer

Powerpoint ne se présente pas comme il faut

Je ne trouve plus mes diapos sur le côté
– tu es en mode trieuse (je suis trop gentil parfois, je ne devrais pas parce que ça ne responsabilise pas)

Le clavier ne répond plus

J’appuie sur le 6 et l’underscore ne s’affiche pas
– pardon, tu veux faire quoi ?

mettre un soulignement ici.

– sur les mac l’underscore est au bout de la rangée des nombres avec le tiret, c’est écrit sur le clavier

ah oui ?!

La souris ne répond plus

Monsieur, le clic droit ne marche pas pour coller mon adresse email
– et Pomme-V ? [pourtant la touche pomme n’existe plsu sur les macs, mais là ils la trouvent facilement :)]
ah oui ça marche

Je ne suis pas sur facebook, pourtant mon ordinateur m’envoie des messages

Quand j’enregistre, il me demande de remplacer. Je fais quoi?
– Oui, vous avez déjà du enregistrer avec un même nom

Ou encore…

il me marque ce message, je fais quoi?
élément du message : fichier en lecture seule

Proposition tu révises les 3 premiers modules du C2i ou repasse le B2i.

Il fait vraiment ce qu’il veut, vraiment pas rationnelles ces machines

J’en ai enregistré plusieurs (PDF, PPT…), quand j’enregistre à nouveau, il m’enregistre les 3 ?
– Non, il faut refaire pour chaque
ffff! C’est quoi ça d’ailleurs, sur le bureau ? C’est important?
– C’est apparu quand ?
après que j’ai enregistré !
(sans commentaire)
dans le même genre: “j’ai fait “enregistrer” 3 fois et j’ai 4 trucs.”

En vient le moment de corriger : j’ouvre un pdf en me disant, zut pas de fichier powerpoint et voilà que le PDF s’ouvre avec Powerpoint lui-même : bref, pas de choix de format mais simplement un renommage qui change l’extension. Facile sauf que ça ne marche pas, ou plutôt, ce n’est pas parce que ça a l’air de marcher que ça marche bien; un peu comme en cuisine, c’est pas parce qu’on mélange de la farine et du lait que ça fait un bon gâteau.
Parfois, je me dis qu’on est vraiment exceptionnels, nous gens pourtant normaux, de comprendre autant de choses, finalement.
J’ai déjà entendu certains étudiants dire que de toutes façons ils auraient leur année, puisque ce ne ferait pas une bonne pub pour l’avenir que trop d’étudiants soient reboutés. Bref, il semble que les étudiants aient, au moins on peut leur attribuer ça, très bien compris ce que leur apporterait une augmentation de la concurrence dans le secteur de la formation initiale.

Il faudra par exemple savoir aussi à l’avenir que l’une des caractéristique d’un wiki est de perdre de utilisateurs, SIC à la définition du WIKI :
-Un wiki est un site qui peut être modifié par tout le monde, ce qui permet un document plus riche en informations.
-Ces personnes se nomment des « contributeurs ».
-Par exemple, le site Wikipédia a perdu, en deux ans, 50 000 contributeurs.

Belle la définition non ? Ça marche bien les wikis, on se demande pourquoi on en voit tant.

[Bon, il y a aussi des bonnes choses dans ces dossiers et avec plus de 100 étudiants, je proposerai un synthèse de leurs éléments les plus intéressants dans quelques jours.]

Après la mise en place des B2i et C2i, nous voilà avec les premières générations ayant suivi de vraies intégrations de l’informatique dans leurs cursus. Jamais aucun étudiant n’aura fait autant d’informatique dans sa courte vie. Le bilan s’impose donc. Pourra-t-on dire que la focalisation sur les usages ne porte pas ces fruits ? Comment apprendre les usages de l’informatique quand on ne connait pas la machine et dans le même temps qu’on ne comprend pas vraiment le sens de l’usage indépendamment de la technologie qui le porte (les étudiants font par exemple mal la différence entre plateforme de formation et groupware). D’un autre côté comment apprendre un outil quand on n’en connait pas les usages. J’ai à chaque cours des remarques du genre :

Ce qu’on voit ne sert à rien [étonnant de faire des études alors, loin l’époque des étudiants qui viennent apprendre POINT, c’est ce qu’on appelle l’économie du savoir]

Faites chier avec vos styles, on perd du temps [Oui, loin l’époque du respect de l’enseignant]

Sauf quand on parle dans le vide parce qu’ils s’envoie des messages via leur comptes facebook ou autres SMS.

Il est évident que l’informatique ne peut venir en premier plan. On peut le voir, elle l’est déjà bien trop même si ce n’est pas toujours comme on voudrait. Mais alors comment faire pour qu’il devienne un vrai allier, un vrai outil, comme le marteau du charpentier, et non pas une contrainte, pis encore un obstacle. Finalement le logiciel libre défend la prise en main par les utilisateurs et ce n’est pas un mal, non ?

On dira qu’il s’agit d’une technologie particulière et que l’on peut être bon sans toucher un ordinateur, certes. Il faudra cependant dorénavant compter avec les faits que les étudiants savent parfaitement glâner quelques informations au hasard. Et comme chacun sait, le hasard a une part évidente dans l’émergence de nouveaux concepts, ce qui n’est pas simple quand on a la tête pleine de Kant ou Rouseau.
J’espère vivre assez vieux pour voir les apports du hasard à l’oeuvre. Enfin peut-etre le vivai-je déjà : n’est-ce pas par un heureux hasard que l’informatique fonctionne aussi bien ?

3 réflexions au sujet de « Le jour de l’exam »

  1. :) Et bien, j’espère qu’en tant qu’étudiante, vous ne vous sentez pas trop dans cette catégorie de personne que je décris ici.

  2. Ping : Prendre la mesure des conversions d'utilisateurs | Creationlibre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*