Apprendre Scribus et désapprendre Indesign

    Une ancienne stagiaire que j’avais formée à Scribus et revenue vers mois suite à une formation complète en PAO. Les enseignants ne juraient évidemment que par Indesign et n’ont rien voulus savoir. Pour ne pas manquer son examen, elle a donc du travailler pendant des mois avec les logiciels Adobe et finalement pris de nouvelles qui ont presque failli lui faire croire que Indesign était meilleur.

    Apprendre sans tout oublier

    En fait, les logiciels Adobe sont de bons logiciels, il n’y a rien à redire là-dessus. Mais on peut aussi rappelé qu’un grand nombre de leurs fonctionnalités sont extraites de logiciels libres. Dans ces cas, il n’y a que la partie intégration et ergonomie à traiter. Je me rappelle par exemple comment le vérificateur automatique est apparu après que nous l’ayons intégré dans Scribus ou la définition de la compression pas image… Donc les innovations vont dans les deux sens. Ce qui tue Scribus c’est la lenteur du rythme des publications (une fois tous les 3 ans plutôt qu’une fois tous les 18 mois).

    Le vrai problème à l’utilisation du logiciel vient plutôt des habitudes de travail. Vous vivez chacun ce que tout le monde vit : quant on est habitué à un outil, c’est difficile d’en changer. En prenant mon cas, je suis tellement habitué à Scribus et autres que j’aurai à l’inverse beaucoup de mal à revenir à la suite Adobe. Je pense que c’est là l’essentiel.  C’est pareil dans l’autre sens : si vous êtes habitué à Indesign, vous aurez des difficultés à changer pour autre chose. Certaines des personnes ont un jour peut-être téléchargé Scribus, essayé pendant une heure puis ce sont dit qu’ils ne s’y retrouvaient pas. Mais c’est oublier qu’il faut des mois pour apprendre un logiciel et aussi oublier le côté personnalisable des outils libres et qui en reste leur force.

    Petits rappels sur Scribus

    Suite à ces remarques sur ces nouvelles habitudes de travail, mon ancienne stagiaire me fait remarquer qu’il y a des fonctions qu’elle ne trouve pas dans Scribus. Imaginant naïvement que d’autres personnes se poseront les mêmes questions, voici les retours :

    Je ne trouve pas le réglage des césures

    Définir dans les préférences ou réglages du documents dans la rubrique Césures
    Déclencher dans Extra>Effectuer les césures

    Je ne vois pas les styles d’objet

    il n’y a pas de styles d’objets en tant que tel dans Scribus, mais la baguette magique permet de recopier les propriétés d’un objet sur un autre.

    Je suis infichue de trouver où on entre un profil d’imprimeur

    Dans Scribus, c’est pourtant très simple : dans la barre d’état en bas à droite sur l’icone ressemblant à un écran et qui fera apparaître le menu configurer le CMS.

    Il me manque le panneau liens

    La notion de panneau ne fait pas partie des concepts ergonomique de Scribus. C’est un choix explicite des développeurs et là-dessus je suis d’accord avec eux. Personnellement je déteste ces dizaines de fenêtres qui envahissent l’écran comme dans Indesign. Cela va si vous avez un 24 pouces, mais sur un écran plus c’est impossible à gérer. Personnellement encore, je suis souvent en déplacement et doit donc travailler avec des écrans plus petits :(

    La solution ici est d’utiliser le menu Extra>Gestion des images. Il fait la même chose avec une ergonomie différente

    le panneau effets

    Il n’y en a pas : les transparences se gèrent au niveau des couleurs . Elles sont améliorées dans la future version. Il n’y a pas d’ombre portée dans la 1.4 qui ne sont aussi pour l’instant disponible que dans la version 1.5 comme beaucoup d’autres choses. Personnellement, je travaille toujours en version de développement pour bénéficier des nouvelles fonctionnalités et profiter de tous les développements, même ceux qui ne sont pas au final intégrés dans la version publique et qui peuvent pourtant m’intéresser.

    Les repères commenté, et d’autres trucs.

    Il n’y a pas de repères commentés dans Scribus, mais des repères magnétiques (menu page) et des repères magnétiques automatiques selon les formes environnantes (à venir dans la 1.5) qui correspondent je pense à l’intérêt du repère commenté dans ID.

    L’avenir de Scribus

    Rappelons que Scribus est développé uniquement par des bénévoles, entre 2 et 10 selon les périodes. Et je trouve qu’au regard du temps humain passé dessus, le résultat est bien meilleur que les dizaines de milliers d’heures passées sur les logiciels Adobe. Personnellement, Scribus me suffit en général largement : il y a bien des fois où je me dis que ce serait bien d’avoir ça où ça, sans savoir d’ailleurs si les autres le font. Mais si c’était le logiciel qui faisait tout pour moi, que me resterait il comme travail :)

    Scribus aussi évolue, lentement mais évolue. La prochaine version va venir avec des trucs incroyables donc je garde le secret pour certains mais parlons par exemple de l’import en natif de fichiers publisher, idml (indesign) ou pdf avec possibilité de les modifier.

    Oui chacun des logiciels suit des logiques qui lui sont propres. Comparer les logiciels fonction par fonction et menu par menu n’est pas la meilleure approche. Il faut les comparer aux besoins que nous en avons.

    Ce contenu a été publié dans Non classé par cedric. Mettez-le en favori avec son permalien.

    A propos cedric

    Cedric is working with free software everyday as a graphic designer or as a Gimp, Inkscape, Scribus and blender teacher in Universities and enterprises. He wrote several books on FLOSS and is involved mainly in Inkscape.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    *