Des spots TV avec Blender

    Une spot Tv récent “Mon trophée, Ma victoire” montre des champions français du sport, les interviewe en montrant des images de leurs exploits. Au milieu de tout cela des images de trophées brandis ici et là par les athlètes et reproduits en 3D dans Blender par Timothée Godard, rendus avec Cycles.

    En voici un exemple :

    Lisez le post original sur BlenderNation.

    Un livre sur le Blender Game Engine

      Si Gimp et Scribus sont des logiciels maintenant largement répandus dans lesquels nous avons plusieurs fois vu l’investissement récent de certains professionnels, que pouvons-nous dire de Blender ?
      C’est évidemment un logiciel unique, libre depuis longtemps et qui depuis lors évolue à une vitesse incroyable et qui a subi plusieurs révolutions ces dernières années. On a vu plusieurs courts métrages fait par la Fondation Blender, et régulièrement produits par des studios indépendants. Il aurait aussi apparemment été utilisé dans des blockbusters comme captain america. Mais, on a aussi plus récemment vu le projet Gooseberry échouer partiellement dans sa quête de financement pour aboutir à la création d’un long métrage d’envergure réalisé par des studios prestataires et sous-traitants de la Blender Fondation. Voilà pour la situation dans le monde audiovisuel classique.

      Sketch pour Gooseberry

      Un autre point que l’on oublie souvent est la capacité de Blender à produire des contenus interactifs dont les jeux sont les plus marquants. S’il existe de nombreux   jeux créés avec Blender, il n’est toujours pas facile d’en obtenir une liste organisée. De plus, les capacités de Blender dans ce domaine sont souvent dénigrées pour telle ou telle raison, parfois même par ignorance des capacités réelles.

      Cette première quinzaine d’août a vu advenir 2 événements importants et corrélés :

      • Flossmanuals Francophone, a nouveau soutenu par l’Organisation Internationale de la Francophonie, a produit avec 14 participants un manuel sur le moteur temps réel de Blender de manière à pallier un vide marquant sur ce sujet dans les documentations en langue française. Cette production a été faite durant une période de 5 jours correspondant à leur habituel libérathon.
      • Durant cette même période, les mêmes personnes ont produit un petit jeu avec le logiciel. Celui-ci sert ici et à là de référence au livre pour montrer un exemple     plus abouti de ce qui y est abordé de façon plus simple et pédagogique. Ce jeu n’est pas encore publié mais sera disponible dans les jours qui viennent sur un site dédié : perilendaiza.com

      Rappelons que les contenus produits par Flossmanuals sont tous libres et que chacun peut y apporter sa pierre.
      Pour l’instant, les équipes font du débogage : corrections typo sur le texte et optimisation sur le jeu. Au-delà d’une période d’un mois, les annonces officielles devraient certainement arriver, le jeu être plus facilement jouable et le livre être imprimé en version papier (il est déjà disponible en PDF et epub sur la plateforme d’écriture).

      Bon Blender à tous

      Blender et Captain America

        On me pose souvent la question : qui utilise tes logiciels ? et je dois avouer que j’ai souvent du mal à répondre. N’ayant pas de clientèle, le logiciel libre se butte à cette demande et ne peut qu’annoncer des chiffres de téléchargement. Mais parfois, certains utilisateurs vendent la mèche. C’est le cas de cet article http://www.fxguide.com/featured/captain-america-the-winter-soldier-reaching-new-heights/ qui mentionne spécifiquement l’utilisation de Blender pour certaines simulations de l’helicarrier en lieu et place de Maya dans Captain America.

        The building crash also featured shots of Wilson running to avoid a debris field of glass, furniture and dust. Proof helped previs this sequence. “I had no idea how we were going to crumble the building on a previs scale to sell the idea,” says Granito, “but one of our artists developed a cool way of doing it.”

        He brought the shots into Blender – normally we work in Maya – and created a simulation where you could just drag the Helicarrier into the building at different angles in realtime and see how the pieces would crumble and how the entire wall would give way. And once the previs was approved, we handed off a techvis to the second unit director, and used our debris field for how that scene was shot.”

        Blender used for helicarrier in Captain America

        Il semble donc que Blender, s’il n’est pas le logiciel majoritaire par défaut, semble avoir des très bons atouts, en particulier ici dans une simulation temps réelle alors même qu’au niveau du grand public, le moteur temps réel est un point souvent ignoré au détriment de la modélisation ou de l’animation.

        Blender 2.67 est sorti

          Depuis le 7 mai déjà, comme le temps passe vite, la nouvelle mouture de Blender est téléchargeable sur blender.org. En cela, l’équipe poursuit sur sa lancée de refonte du logiciel engagée depuis 2.5 et maintient son rythme d’une mise à jour tous les 6 mois.

          Parmi les nouveautés, on peut compter un nouveau moteur de rendu, des fonctions dédiées à la préparation de fichiers pour une impression 3D et diverses améliorations parfois sur des choses simples mais qui s’avèrent à l’usage très pratiques.

          Nouveau moteur de rendu FreeStyle de Blender

          Nouveau moteur de rendu FreeStyle de Blender

          Freestyle est un nouveau moteur de rendu non-photorealiste (NPR). Originellement prévu comme un programme indépendant dans un projet de recherche académique, il donne aux artistes un nouveau moyen d’obtenir des résultats 2D à partir d’une modélisation 3D. Les lignes générées peuvent stylisées avec une grande variété d’options pour jouer sur la couleur, la transparence, l’épaisseur du trait ainsi que sa géométrie.

          La précision de tracking des objets et de la caméra sont bien plus précis grâce à la librairie Ceres.

           

          Impression 3D Printing

          Un nouvel Addon a ajouté et va faire parler de lui à l’époque de l’émergence des imprimantes 3D et surtout de leur démocratisation : il permet de préparer les objets à une meilleur impression, avec un outil de règles, une analyse des maillages pour trouver d’éventuelles erreurs dans les épaisseurs, angles ou distortions.

          Au-delà de FreeStyle, le moteur de Rendu Cycles, présent dans Blender depuis plusieurs versions a été amélioré pour support le Subsurface Scattering. Le rendu des peaux de personnages et de matériaux comme le marbre n’en sera encore que plus réaliste. Les performances du rendu ont aussi été accrues malgré des ajouts significatifs de paramètres comme la largeur minimale pour les cheveux et les flous.

          Le système de contour et les brosse texturées ont été unifiées. De nombreux outils partagent donc maintenant des paramètres. Le contrôle de l’angle des superpositions, de l’alpha se font maintenant directement à la souris

          Le Noeud de visualisation possède maintenant une zone de rendu personnalisée pour afficher des rendus plus rapidement.

          Outils

          De nouveaux outils de modélisation ont aussi été ajoutés :  Individual Face Inset, Poke Face et Knife Project. Un meilleur support de l’UTF-8 dans l’outil text et dans l’éditeur interne vont aussi aider les utilisateurs de documents multilingues.

           

          Lire aussi sur le sujet :

          http://www.cgemy.com/blog/Blender-267-new-face-tool

          Blender et RepRap

            Foldarap

            Foldarap présentée à Chemillé

            Le monde de l’impression 3D et des reprap avance aussi vite que Blender. Mais il donne à la 3D un côté tangent, matériel, qui lui manquait actuellement. Un grande partie des personnes rencontrées, voire même des élus aux questions numériques ou technologiques, se demande à quoi cela peut servir.

            Impression 3D : un enjeu éducatif ?

            On avance souvent l’argument éducatif, l’apprentissage de technologie complexes avec des moyens simples, mise en oeuvre des notions vues à l’école, démocratisation et démystification scientifique. Et pourtant il se pourrait que l’enjeu soit réellement ailleurs. Peu de personnes imagine encore qu’elle pourrait se passer d’aller chez IKEA acheter se verres en plastique !! Et pourtant qui aurait pensé il y a 20 ans que l’on aurait tous voulu une imprimante papier, qui plus est couleur, chez nous. La première imprimante que je me suis achetée, grand public, était une EPSON qui coûtait la bagatelle de 2500 francs, soit 380 euros environs. Maintenant les mêmes choses sont vendues moins de 50 euros, on imprime tous nos lettres, nos photos… De la même façon, le prix des imprimantes 3D baisse (on est à l’heure actuelle autour de 500 euros) et avec l’engouement, il y a de grandes chances que cela continue. Dans le même temps, la qualité de résultat augmente et la facilité d’utilisation augmente.

            RepRap : un enjeu de société

            Je vois que bientôt, nous aurons sur nos étagères des bobines que nous utiliserons pour nos verres, nos bijoux, nos jeux et que nous n’aurons qu’à télécharger un plan et à l’envoyer, évitant ainsi des files d’attentes dans des magasins aux présentations standardisées et bien pensées. Au-delà des objets fabriqués, j’y vois une sorte de retour de prise en main de l’environnement familial et des outils quotidiens qui n’en ai certainement qu’à ces balbutiements. Ce même chemin parcouru avec les imprimantes jet d’encres et laser, ce chemin parcouru aussi par les logiciels libres…

            Après avoir formé en masse des ingénieurs et éduqués, et que ces personnes éduquées aient été tout aussi massivement refoulée par un monde professionnel clos, pourtant montré comme moyen d’intégration optimal, ou que ces personnes aient un besoin de reprise en main de leur destinée suite aux diverses pressions qu’ils subissent, y compris de ne pas utiliser leurs compétences en dehors de leur emploi,  il n’est pas étonnant de voir tant de personnes mettre à profit leurs connaissances et les mettre en oeuvres dans leurs vies et activités quotidiennes qui prennent d’autant plus d’ampleur qu’elles sont partagées. Alors à quand une fonction “Imprimer 3D” dans nos ordinateurs ?

            Pitchy poys passe à Blender

              Pitchi Poy passe à Blender

              Sergey Maiorov de blender.org.il a publié cet interview de Gilad Rosenau, Manager du studio d’animation Pitchi Poy, studio d’animation israëlien qui est passé récemment à Linux et Blender.

              Même si les plus gros projets du studio reste sur la planche, le studio a déjà publié quelques publicités réalisées avec des logiciels libres.

              L’nterview

              Pouvez-vous nous parler de vous et de votre studio ?

              Je m’appelle Gilad Rosenau, j’ai 39 an, 3 ans. Je travaille à Pitchi Poy animation depuis 12 ans. Principalement, je fais mon mieux pour gérer ce studio et travail comme préducteur éxécutif, ce qui signifie que je fais que les projets puisse exister avant même qu’ils soient nés. Je les initie, je cherche des fonds et les produits en recherchant la meilleur qualité et garder le studio en activité.

              Pub TV  par Pitchi Poy avec Blender

              Pitchi Poy existe depuis 25 ans et produit des animations avec un grand nombre de techniques, classiques comme numériques. Nous avons été rendu célèbres par notre capacité à mélanger les techniques. Nous sommes  “the last of the Mohicans” dans un monde sacré en produisant encore de l’animation papier.

              En plus de cela, j’enseigne la gestion et la production.

              Quels projets sont actuellement en cours ?

              Nous travaillons sur plusieurs projets, mais le plus important et notre film d’animation  “Baldy Heights”, basé sur un film pour enfant. Cela nous a pris beaucoup de temps pour trouver les fonds et nous y sommes.

              “Baldy Heights” teaser

              Nous en sommes à la prépoduction, moment dans lequel tous les aspects créatifs, les concepts sont validés et peaufinés  — les personnages, les plans, storyboard et une séquence pilote.

              Ce serait bien d’avoir 30% de budget en plus, mais nous sommes déjà conten.

              Pourquoi avez-vous décidés de passer aux logiciels libres et comment cela a-t-il affecté votre business model?

              Ma approche était économique. Il est en effet difficile de produire un film d’animation avec un budget serré.

              Puis j’ai trouvé un intérêt progressif dans la partie philosophique, nous permettant d’investir, nous créateurs, la grande partie de notre énergie dans la production de notre oeuvre d’animation et moins sur le logiciel ou les machines. Génial !

              Quels avantages et inconvénients retirez-vous de cette expérience?

              En ce qui concerne les avantages, le logiciel Blender s’améliore vraiment et cela quasi quotidiennement. Les développeurs et les utilisateurs partagent la même passion d’aider, de résoudre des problèmes même si notre projet est commercial et non philantrhopique.

              Un extrait de Baldy Heights teaser

              Notre système principal est maintenant Ubuntu, parce que nous avons des résultats réellement plus rapides ainsi. Il est bien connu que Blender délivre 50% de performance supplémentaire sur Linux que sur Windows.

              Pour les inconvénients, je pense qu’il manque encore de professionnel familiers avec les logiciels libres. Il y a aussi quelques aspects de Blender qui nécessitent des améliorations, ou alors, nous essayons des choses que nous n’aviosn jamais essayé auparavant, alors nous devons apprendre nous-même.

              Quel conseil pouvez vous donner aux artistes qui veulent suivre votre chemin ?

              Un conseil général, et pas spécifique à l’Open Source, est de garder patience, et très important, être comme un jouet à bascule : toujours se relever après avoir chavité.

              Derniers mots

              L’équipe de Pitchi Poy studio serait heureuse de recevoir de l’aide sur  Python en particulier au département scripting . Pour toute question : gilad [at] pitchipoy [dot] tv.

              The interview was originally published in Hebrew at blender.org.il. and on LibregraphicsWorld.org

              Meilleurs films réalisés avec Blender en 2012

                Blender et films publicitaires

                Fin 2012, Alexandre a publié sa sélection de meilleures films publicitaires réalisés avec Blender. Il nous semble que cette tentative met clairement en évidence l’intérêt professionnel et la qualité des productions et qu’elle vaut d’être relayé dans divers univers linguistiques.

                Certaines personnes nous demandent souvent où sont les productions professionnelles faites avec des logiciels libres. De fait, le logiciel n’étant pas ce qui compte dans une oeuvre, il n’est pas facile de les trouver à moins d’y passer un peu de temps et de faire des rencontres. Libre Graphics World a réalisé cette liste de 12 films publicitaires (donc éminemment commerciaux) de qualité réalisés en 2012 avec Blender.

                Les styles sont très différents par choix pour montrer la palette de mise en oeuvre.

                Campagne pour un magasin Hugo Boss à Londres

                Schokolade Filmproduktion a créé cette vidéo pour le nouveau magasin Hugo Boss de Londres. Blender a été utilisé pour les fluides et les simulations d’océan.

                Le studio a déjà créé une autre video avec Blender pour le même client.

                Iceland Express

                Miðstræti, un studio islandais, a créé une série de publicité pour Iceland Express — une compagnie aérienne avec laquelle ils travaillent depuis 2011. Voici un exemple.

                Vous pouvez visualiser une douzaine de vidéo de cette campagne on Vimeo. Et si vous êtes vraiment curieux, il y a ce podcast avec l’animateur, Hjalti Hjálmarsson, sur Process Diary.

                Personal Financial Manager

                Juan Carlos Montes de MoxStudios a réalisé cette publicité sur la gestion de finances personnelles pour Banco Popular. Toute la modèlisation, l’animation et le rendu a été fait avec Blender.

                L’original avait été rendu avec le moteur interne de Blender. Cete seconde version a été produite avec Cycles.

                Frutmotive soda

                Plus tôt cette année ARt DDs a créé cette nouvelle pub pour  “Frutmotive”,  un soda russe. Ils usent encore  Adobe After Effects pour compositing. Cependant une conversation avec Alexander Zubkov a révélé qu’ils testent actuellement le compositing dans Blender. Ils sont donc proches d’avoir n workflow tout intégré.

                Vous pouvez aussi regarder  “the making of”.

                Une bonne info, l’équipe à mis à jour leur Volume and Mass Calc script qui fonctionne avec les BMesh. A télécharger ici.

                Goldfish Man

                La publiclité “Goldfish Man” a été crée par Richard Lyons pour une chaîne de magasin de produits électroniques en Suède.

                Toute la modélisation et l’animation a été faite avec Blender et le rendu avec le moteur interne. Plus de détails sur Blendernation.

                Webase.it

                Ce travail a été fait par Fab design.

                IBS Study Tour 2012 ad

                Guillermo Espertino a créé cette publicité pour  IBS, fabricant espagnol de sucreries, avec l’aide de Juan Pablo Bouza, David Teres, Michael Berhanu et Adriano Oliveira.

                Le style de Guillermo est assez distinct des autres : Il repose sur des animations bitmap et des dessins vectoriels créés dans GIMP et Inkscape, et utilise une palette de couleur spécifique dans presque tous ses projets.

                Article original : http://libregraphicsworld.org/blog/entry/best-commercials-created-with-blender-in-2012

                Blender pousse le libre

                  blenderdrawJ’avais un article en préparation sur l’adaptation du développement des logiciels de graphisme à une logique d’utilisation à grande échelle. Et voilà que Blender le rend presque caduque, il va employer un salarié a temps plein. En même temps CGCookie lance une variation Blendercookie, signe de l’importance du logiciel et enfin, BlenderGames ouvre ses portes et se spécialise dans les jeux créés avec Blender. En l’espace de quelques jours, le visage de la 3D libre se transforme, se spécialise même, et montre encore son dynamisme. Un exemple à suivre ?

                  RMLL2009 : graphisme – 2

                    Oups pour l’atelier vidéo d’hier car Gisles Boudet est arrive un peu tard. On essaiera de rattraper le coup vendredi matin. Le bon cote c’est que j’ai retrouve d’autres personnes. Les éditrices de eyrolles a ui j’ai pu annoncer penaud mon retard. Dimitri robert est la et on s’est prévu du gimp jeudi matin. Louis doit revoir avec moi le planning et on confirme. J’ai aussi eu le plaisir de passer du temps avec stani qui va peut être nous refaire sa conf du lgm puisqu Elisa Ne va peut être pas utiliser son créneau inkscape du samedi