Fantasmes et projets

    De retour du LGRU, et après avoir passé quelques jours avec de formidables personnes et rediscuté de projets commun avec certains, un point m’est encore apparu et il est temps que je m’applique à l’éclaircir (au moins à mes yeux) : nous avons tous des fantasmes et des projets, essayons de faire coïncider les deux, mais en y arrivant rarement.

    On me rétorquera que c’est normal. La définition de wikipedia sur le fantasme comme ” fixation mentale ou une croyance irraisonnée pouvant, dans certains cas, conduire à des actes excessifs” permet bien de pointer le caractère quasi-irréalisable et de l’excès qui découle de ces fantasmes. Mais quels sont-ils ?

    Il va évidemment être difficile de parler pour tout le monde mais il me semble que certaisn sont partagés au moins à titre social. Citons par exemple, le fantasme d’une communication absolue entre l’homme et la machine dont les interfaces sont le résultat. Citons le fantasme d’une communauté large et libre dans laquelle l’individu peut se noyer en toute confiance. Le fantasme que les mondes virtuels sont parfaits. Le fantasme de créer de projets libres, bref que chacun soit initiateur ou développeur de quelque chose.

    Evidemment on comprendra rapidement la transition. En apercevant la couverture de “Nouvel esprit du capitalisme” de L. Boltanski et E. Chiapello, que j’ai parcouru il y a bien longtemps, il m’a semblé à ce point étrange que tant fantasme cherchent à advenir et se transforment ainsi en projet. Evidemment, il est beau de rêver, et c’est même le rêve qui fait souvent bien avancer les choses, mais une telle ampleur me surprend. Car il y a des différences  de nature qui ne vous auront peut-être pas laissés indifférents :

    • le fantasme est avant tout pour soi mais en soi, difficile à partager à cause de formes d’auto-censures; le projet inclut souvent la mise en mouvement d’une équipe ou induit la relation à d’autres, car le projet est “pour”, une façon de sortir de soi.
    • le fantasme est une pensée plus ou moins contrôlée ; le projet est une mise en oeuvre, une organisation plus ou moins prise mais toujours consciente de la situation
    • le fantasme par de soi, seulement de soi ;  le projet peut être détache de moi et m’y rattacher par raison
    • l’origine du fanstasme est floue est difficile à expliciter ; l’origine d’un projet peut être calculée dans le temps à l’aide d’indices et le projet lui-même peut naître de l’analyse consciente d’un contexte, en projet d’opportunité
    • les fantasmes ne s’excluent pas car l’espace fantasmatique n’est pas limité alors que l’espace du projet est limité par la réalité matérielle.

    On pourrait continuer mais on voit déjà le problème qui se pose dans le passage du fantasme au projet. Comment assurer le passage de l’individuel au groupe ? Comment trouver le moyen de partager un fantasme pour trouver des tiers ? Comment assurer que chaque tiers participant y retrouvera la même capacité de réalisation de son fantasme alors que les initiateurs garde souvent la main sur la vision et l’orientation du projet ? Comment assurer que personne ne restera sur la paille alors que les fantasmes initiaux à la réalisation du projet ont une forme égoïste ? Comment aussi arriver à éviter les conflits qui peuvent être inhérents au projet et à sa rationalisation qui engage l’individu alors même que le fantasme ne se pose même pas la question d’advenir à l’existence ?

    Evidemment je pose beaucoup de question et donne peu de réponse. Mais à l’heure où de les logiciels libres se répandent, mais où le nombre de développeur semble peu augmenter, où un certain nombre de projets phare peuvent s’essouffler, qu’en est-il des possibilité de réinjecter du fantasme dans des équipes prises par les projets à la fois individuels et sociaux ? L’histoire des logiciels libres a montré de nombreux types d’évolution :

    • le noyau linux est un fantasme bien partagé qui a bien fait le saut du projet ; mais pas HURD
    • des personnes ont débuté seules des projets et les projets sont morts faute de trouver écho
    • des personnes ont débuté les projets et ceux-ci ont forkés pour créer le leur car finalement les souhaits étaient un peu différents

    Ainsi de nombreux logiciels sont développés en très petits groupe. Le passage de 0 à 1 semble se faire assez naturellement. Reste le passage de la publicité et du couplage. Enfin, le cap suivant inclus une réelle distanciation, un vrai “nous” qui rend plus difficile la préservation de l’aspect fantasmatique. La confrontation au nombre devient un obstacle certain par le simple fait qu’il devient difficile de coordonner les fantasmes et des projets pour assurer leur bonne équité.

    D’où tout ces rêves de personnes qui prennent le modèle des communautés en ligne et qui aimeraient créer la leur, comme une forme de toute puissante, d’être à l’origine de la fusion absolue des êtres. Mais ces rêves sont souvent bien pauvres car ils ne sont que le miroir de celui des autres auxquels ils risquent donc de se confronter. Etonnant donc que le fait d’être similaire soit un obstacle au même point que d’être différents. Ces rêves sont aussi largement cassés lorsque le contrat moral et tacite des contributeurs est baffouer par le risque de prise en main de certains. D’où, peut-être, la défiance permanente dans les personnes trop fortes, et, éventuellement  dans certains milieux, de l’inclusion d’éléments étrangers (comme des entreprises au milieu de bénévoles) qui n’auraient justement qu’une vision projet et pas fantasmatique.

    Jusqu’ici nous sommes passé au-delà de tout cela. Mais Java, Mysql, OpenOffice sont des projets qui risquent de souffrir de l’augmentation de la dimension projet. Lorsque tout devient projet, et que tout doit l’être, la force ne sera-t-elle pas dans la vivacité des petits groupes renaissants qui évoluent au gré des fantasmes et des rencontres, en acceptant que certains partent, créent ou reviennent ?

    pas laissés indéffi